Logo-Synap

Suite à son assemblée générale et au comité exécutif qui l’a suivie, le SYNAP, Syndicat National des Attachés de Presse et des Conseillers en Relations Publics, organisation ayant pour objet de défendre les intérêts des professionnels – indépendants ou salariés – des métiers qu’il représente, et de mieux faire connaître leurs compétences et leur déontologie, vient d’élire en juin dernier son nouveau bureau et son conseil d’administration pour l’année à venir.

BUREAU ET CONSEIL D’ADMINISTRATION

Présidente : Frédérique Pusey (agence FP&A, Paris)
Trésorier : Julien Eloy (agence WEPA, Paris)
Secrétaire Générale : Annie Blin (agence AB3C, Paris)
Vice-présidents : 
Jean-Paul Amary (agence AMC, expert près la Cour d’Appel de Paris)
Claude Foucault (agence JetCom, Paris)
Anthony Humbertclaude (agence SG Organisation, Nancy)

Administrateurs :
Janine Aubouy-Dutreix, (membre honoraire, Paris)
Sophie Decaudin (agence BPR France, Paris)
Béatrice Martini (consultante indépendante, Paris)
Ludivine Plessy (agence Keep Contact, Luxembourg)
Bruno Sanvoisin (agence BS Conseil & Communication, Lyon)

Les grands partenariats

Pour le SYNAP l’année 2017-2018 est marquée par une collaboration renforcée avec plusieurs autres acteurs professionnels de la communication, et notamment SYNTEC Conseil en Relations Publics autour de l’édition de la version 2 du Référentiel de la mesure des RP (présenté à Paris et en région à Nancy, Strasbourg et Rouen) et de l’événement « Public Reputation Lab ». Le SYNAP est en outre partenaire du Grand Prix Communication & Entreprise qui fêtait en 2017 son 31e anniversaire. Sa présidente, Frédérique Pusey, est également responsable du comité scientifique de Communication & Entreprise – qui a pour objectif de créer des liens entre le monde de la recherche universitaire, les doctorants et le monde de l’entreprise – et a animé dans ce cadre des ateliers portant sur des thèmes comme les Big Data ou la créativité. À noter enfin des collaborations et démarches initiés avec plusieurs clubs de la presse (Strasbourg, Toulouse, Marseille et Metz), les clubs de la communication de Lille et Montpellier ; mais aussi la participation du SYNAP à la première édition de « Talkfluence », rencontre organisée par Augure autour du thème « Audience ou engagement, qu’attendre de vos influenceurs en 2017 ? ».

Référentiel de la mesure -> www.referentieldelamesure.com
Public Reputation Lab -> www.syntec-rp.com/public-reputation-lab-2017/
Grand Prix Communication & Entreprise -> http://mediatech.communicationetentreprise.com
Talkfluence -> https://augure.launchmetrics.com/fr/ressources/blog/evenement-influence-marketing-talkfluence

Les rencontres « made in SYNAP»

Afterworks sous forme de moments conviviaux propices à l’échange, et comptant parmi les rendez-vous prisés des professionnels, les Cafés SYNAP poursuivent leur développement à Paris et en région autour de thèmes actuels. Adoptant une fréquence mensuelle à Paris, ils ont abordés sur les derniers mois écoulés des questions comme « La mesure comme levier de création de valeur », « Le droit de copie », « L’outil Pickanews » (en partenariat avec Kantar Média), « Les outils digitaux de prospection » ou « Le nouvel ADN des conseils en relations médias et ses modes de tarification ». Le concept du Café SYNAP se décline également en région, par exemple à Toulouse, Metz ou Lyon.

Autre temps de rencontre récurrent proposé par le SYNAP : « Les Matinales ». Lancées en 2017, celles-ci adoptent un format permettant sur une demi-journée d’explorer un thème en présence de partenaires venant présenter leurs outils et solutions professionnelles. Deux matinales ont déjà été organisées, l’une à Paris avec Babbler, Mention, ePressPack et Media Today ; l’autre à Metz avec Keep Contact, Kantar Média, ePressPack et Augure.

Enfin, trois visites des locaux de l’AFP ont été proposées pour les adhérents du SYNAP, de même qu’un colloque ouvert à tous sur le thème « Réputation et Communication d’influence », à Luxembourg.

Études et enquêtes

En 2017, le SYNAP a finalisé et présenté la deuxième édition du livre blanc sur l’évolution des métiers des RP (disponible sur le site dans l’onglet « Actions »), réalisé en partenariat avec L’Argus de la Presse et qui fut présenté à Paris mais aussi en région Grand Ouest (Nantes), Grand Est (Strasbourg) et Occitanie (Toulouse).

Le syndicat a aussi relancé son enquête « Baromètres des pratiques commerciales des RP » dont les résultats actualisés ont été présentés lors de l’assemblée générale 2018 et sont disponibles sur le site officiel pour les adhérents uniquement (onglet « Actions »).

Enfin, alerté par les importantes augmentations tarifaires pratiquées par certains prestataires en position de monopole à l’occasion des renouvellements de contrats, le SYNAP a mené une étude auprès de ses adhérents dont il ressort que beaucoup d’entre eux ont à subir des augmentations allant de 20 à 45%. Fort de ces données, le SYNAP s’est rapproché de SYNTEC Conseil en Relations Publics afin de mener une action groupée et d’obtenir une modération de la politique de hausse tarifaire. Le dossier est actuellement en cours.

 

12 Juillet 2018

 

aircraft-airplane-airport-1172541

Lors d’un point de presse tenu jeudi matin, le SCARA s’est exprimé en réaction à une tribune du Président de l’UAF, membre de la FNAM, publiée le 21 juin.

 

 

« Les aéroports ne sont plus aujourd’hui des monopoles » : FAUX

Une activité industrielle est en monopole, lorsque ses clients ne peuvent pas faire appel à autre fournisseur. Certaines compagnies aériennes, sur certains marchés, peuvent changer d’aéroport : par exemple une compagnie asiatique qui dessert un point en Europe, pourra renoncer à desservir Paris et préférer Bruxelles. Mais, autre exemple, Air France n’a aucune possibilité de choisir un autre fournisseur qu’ADP. Autrement dit, l’activité en concurrence d’un aéroport comme ADP est loin de constituer l’essentiel de son activité : celle-ci est donc fondamentalement en situation de monopole.

 

« La crainte, ici ou là exprimée, d’une explosion des redevances aéroportuaires et d’une augmentation du prix des billets d’avion dans le cas de privatisation d’un aéroport est totalement infondée » : FAUX.

Entre 2006, date de l’ouverture du capital d’ADP aux capitaux privés, et 2018, les redevances aéroportuaires ont augmenté de 42% alors que pendant le même temps l’inflation augmentait de 15% et le prix des billets d’avion baissait de 20%.

 

« Le prix du billet d’avion est déconnecté du niveau des redevances » : FAUX

Les coûts d’une entreprises s’apprécient par rapport à sa marge. La marge dégagée par le transport aérien est, sur une longue période, en moyenne de 5 % de son chiffre d’affaires.

Le poste des redevances représentent 4% des coûts d’une compagnie aérienne. Toute augmentation de ce poste a un impact considérable sur les marges.

 

« La puissance publique homologue les tarifs des redevance » : VRAI

L’ASI homologue au sens ou elle vérifie, lorsqu’un CRE est signé, que le tarif proposé ne dépasse pas le plafond défini par ce CRE mais sans remettre en cause périodiquement les hypothèses économiques qui ont défini les tarifs sur cinq ans. En l’absence de CRE elle homologue les tarifs des aéroports de plus de 5 millions de passagers en fonction de la situation économique de l’aéroport.

 

« Les redevances des grands aéroports régionaux ont baissé » : FAUX

Les tarifs des redevances ont augmenté hors inflation entre 2013 et 2017 en moyenne d’environ 5%  pour une inflation de l’ordre de 1,5 % sur la même période. (LYS , NCE, MRS, TLS et BOD)

 

Le SCARA a tenu par ailleurs à expliquer le mécanisme de la « double caisse » pratiquée par ADP.

Le système de « double caisse » qui sépare les services aéronautiques (peu rentables) des commerces : boutiques en aérogares, locations d’immeubles de bureaux, d’entrepôts, de centres commerciaux bâtis sur les emprises domaniales des aéroports (très rentables) permet aux aéroports de bénéficier, à leur seul profit, de revenus générés par la clientèle apportée par les compagnies aériennes. En système de simple caisse, les revenus des ces activités commerciales permettent de faire baisser le niveau des charges facturables aux compagnies aériennes. Le système de double caisse, qui ne permet pas d’alléger les charges aéronautiques, conduit à augmenter sans cesse les redevances aéronautiques.

 

Pour le SCARA, si la privatisation des aéroports est inévitable il serait urgent qu’elle soit accompagnée de deux mesures essentielles :

– la négociation d’un contrat de régulation économique (CRE) qui prenne en compte les attentes des compagnies aériennes et fixe un objectif de réduction d’année en année des redevances aéroportuaires

– la refonte du rôle de l’ASI via notamment une révision de son règlement intérieur qui lui permette de réexaminer tout au long du CRE, la pertinence des hypothèses économiques sur lesquelles il est fondé.

5 juillet 2018

Paris-Tel Aviv

À 13h55 aujourd’hui, le premier vol ASL Airlines France à destination de Tel Aviv a décollé de l’aéroport de Paris-CDG donnant le coup d’envoi d’une nouvelle ligne régulière de la compagnie française, opérée tout au long de l’année

 

Présent à bord du vol inaugural, Éric Vincent, Directeur Commercial et du Programme d’ASL Airlines France a annoncé de la pérennisation de la ligne à l’année :

« Forts du très bon démarrage des ventes de billets sur cette nouvelle ligne dont nous célébrons aujourd’hui le premier vol, nous avons décidé de l’opérer à l’année. Les réservations pour la saison hiver seront ouvertes d’ici quelques semaines, démontrant notre engagement à poursuivre notre stratégie d’offre complète à des tarifs particulièrement attractifs. Cette offre nous positionne comme un acteur unique sur le marché et a, dès le lancement de la ligne, rencontré les faveurs de la clientèle .»

ASL Airlines France dessert Tel Aviv au départ de Paris-CDG, les mardis et jeudis.

– départ de Paris-CDG à 13h55 – arrivée à Tel Aviv à 19h30 (4h35 de vol)

– départ de Tel Aviv à 20h30 – arrivée à Paris-CDG à 00h15 (4h45 de vol)

* tous les horaires sont indiqués en heure locale, il y a 1 heure de décalage horaire entre la France et Israël en été.

Les vols sont effectués en Boeing 737-700 configuré en cabine bi-classe d’une capacité de 137 sièges dont 14 sièges en classe Premium Business et 123 sièges en classe économique.

 

Promotion de lancement

A l’occasion du démarrage des vols, ASL Airlines France lance une promotion exceptionnelle : pour toute réservation effectuée avant le 14 juillet sur le site de la compagnie www.aslairlines.fr, une remise de 10%* sera effectuée en précisant le code promo : ASLPROMO.

*sur le prix hors taxe

 

Les tarifs tout compris sont proposés à partir de 157* euros

Les tarifs s’entendent toutes taxes incluses, ils comprennent tous les avantages d’un service complet « tout compris » à des tarifs « low-cost » :

– un bagage de 8 kg en cabine,

– un service de boissons et selon les horaires, un repas ou une collation de qualité,

– la possibilité de choisir son siège en ligne sur le site www.aslairlines.fr.

– un système de divertissement à bord proposant une sélection de film, de jeux et de magazines.

* tarifs en euros, TTC, au départ de France. Les conditions et détails sont disponibles sur www.aslairlines.fr

 

 

Un service complet à des tarifs « low-cost »

ASL Airlines France a mis en place une offre tarifaire flexible pour s’adapter au plus près des besoins de déplacements de tous ses clients en fonction du type de voyage choisi : famille, tourisme ou affaires. Cette offre tarifaire permet de proposer des tarifs adaptés et compétitifs.

 

Des options tarifaires combinables

Vols en aller simple ou en aller-retour, avec ou sans bagages enregistrés, modifiables ou non, remboursables ou non, toutes ces différentes options sont disponibles et peuvent se combiner entre elles, ce qui offre par exemple la possibilité, sur un aller-retour, de réserver un trajet dans une classe tarifaire et l’autre trajet dans une classe tarifaire différente.

 

La classe Premium Business : une nouvelle expérience du confort 

Sur la ligne Paris-CDG/Tel Aviv, desservie deux jours par semaine, la classe Premium Business permet aux passagers de bénéficier d’un confort accru.

Au sol, les passagers profitent d’un accès prioritaire pour l’enregistrement, l’embarquement et la livraison des bagages, ainsi que d’un accès au salon (disponible dans plusieurs escales).

En vol, dans la cabine privative à l’avant de l’avion, séparée par un rideau, 14 sièges sur les 4 premières rangées sont réservés. Le siège du milieu n’est pas commercialisé et les accoudoirs centraux relevables permettent de bénéficier d’espace supplémentaire.

A l’arrivée à bord, une trousse de voyage comprenant un masque, un coussin gonflable, une brosse à dents avec dentifrice, des chaussettes de voyage et des bouchons d’oreilles est offerte. Un oreiller et une couverture, ainsi qu’une sélection de journaux et de magazines sont mis à disposition.

Après l’apéritif d’accueil et le service oshibori, un repas chaud ou froid gourmet (en fonction de l’horaire et de la durée de vol) est servi dans de la vaisselle en porcelaine, accompagné d’un service de boissons comprenant notamment une sélection de vins français.

Les tarifs pour la classe Premium Business entre Paris et Tel Aviv sont proposés à partir de 279 € aller simple et 426 € aller-retour.

 

Le programme été 2018

Lignes régulières – Parmi les 15 lignes desservies par la compagnie française, 10 sont de nouvelles lignes : Paris-CDG/Tel Aviv ; Paris-CDG/Montpellier ; Bordeaux/Toulon ; Bordeaux/Strasbourg ; Bordeaux/Oran ; Montpellier/Oujda ; Strasbourg/Oujda ; Toulon/Oran ; Toulon/Alger ; Perpignan/Oran.

Les lignes 5 lignes reconduites sont : Paris-CDG/Alger ; Paris-CDG/Chlef ; Paris-CDG/Oujda; Bastia/Oujda ; Paris CDG/Bastia.

 

Lignes touristiques – Parallèlement à ce programme de vols réguliers, ASL Airlines France déploie son programme de vols touristiques effectués pour les principaux tour-opérateurs français et européens. La compagnie dessert plusieurs dizaines de destinations vers le sud de l’Europe et le bassin méditerranéen au départ de France et du Royaume-Uni.

 

Le 3 juillet 2018